mardi 1 septembre 2015

Episode 7 - Semaine de l'Histoire

C’est quasiment achevé. C’est quasiment achevé, enfin.

Bienvenue à Valnuit.

Salut à tous.
Comme vous le savez bien, fidèles auditeurs, c’est la Semaine Valnuitaine de l’Histoire, au cours de laquelle nous apprenons des petits détails sur ce qui a fait de notre petite ville animée ce qu’elle est. Ou, comme le dit la devise officielle dans le communiqué fourni par le conseil municipal : “fouiner dans les noirs recoins du passé jusqu’à ce qu’il dévore notre fragile présent”.
Dans l’intérêt de la participation civique, la Radio Communautaire de Valnuit proposera de courtes leçons sur quelques anecdotes intéressantes de l’histoire de la ville, en commençant par l’an 4000 avant Jésus Christ. 
Les archéologues pensent que les premiers campements humains à Valnuit datent de cette époque. Il nous est parvenu peu de traces de ces anciens habitants, à l’exception de quelques peintures rupestres de leurs villages et leurs pratiques de chasse, ainsi que de sombres formes qui les surveillaient au loin. Des formes inhumaines et chatoyantes qui ne s’approchaient ni ne séloignaient jamais mais dont la présence pouvait être ressentie même les yeux fermés serrés, blotti dans des fourrures et en la compagnie de la peau nue d’un autre être humain.
En tout cas c’est ce que j’extrapole à partir des découvertes.
Les peintures rupestres ressemblent surtout à des taches, désormais, après que leur premier découvreur aie tenté de les décaper du mur parce qu’à cause de sa religion, il ne croyait pas au passé


Et maintenant, les nouvelles:
Le Syndicat d’Initiative de Valnuit demande à la personne qui agresse télépathiquement les touristes de bien vouloir cesser. D’après la directrice du syndicat d’initiative, Madeleine Lafleur, il y a déjà eu deux indicidents en une semaine, au cours desquels des bus entiers de touristes se sont soudainement mis à hurler d’une terreur sans limite, tentant de s’aveugler à l’aide de brochures “Visitez Valnuit”, le tout au grand étonnement des conducteurs de bus. Lafleur a ajouté : “On venait tout juste de faire imprimer ces brochures”.
Lafleur explique que le tourisme rapporte des dizaines de milliers d’euros chaque année à Valnuit et que son hospitalité fait la fierté de cette ville. Elle a déclaré que si de braves familles voyagent à Valnuit et voient leur subconscient assiégé par des révélations impossibles à oublier, des horreurs enfouies si profondément qu’elles en deviennent indescriptibles, révélant alors de nouvelles vérités insupportables, alors nous ne pouvons nous attendre à ce que ces gens reviennent... sans même parler de laisser de bonnes critiques de nos commerces locaux sur Yelp.
La mairie demande aux citoyens de l’aide pour déterminer qui, ou ce qui, cause ces infractions psychologiques. Le syndicat d’initiative offre des chiots en récompense de toute information à ce sujet. Ou, même si vous n’avez pas d’information, la mairie demande que vous alliez chercher un chiot ou deux quand même.
Sérieusement.
Les bureaux municipaux du centre ville en sont envahis. Dans les arbres, les murs, les combles… les exterminateurs sont complètement dépassés.
Aidez-les.

Cela fait maintenant plusieurs semaines que personne n’a vu dans Valnuit le Pisteur Apache - le type qui porte cette coiffe erronée et horriblement raciste partout où il va. Personne ne l’a vu depuis qu’il a commencé à enquéter sur le Grand Hurlement entendu à la Poste, et les mots écrits avec du sang à l’intérieur. S’ajoute à ça que sa maison entière a disparu, et le terrain où elle se tenait est désormais une prairie bucolique que les gamins du voisinage se refusent à visiter pour des raisons que même eux sont incapables d’expliquer.
Je pense que je parle au nom de tous dans notre communauté quand je dis “Bon débarras” à propos de cette honte locale. Il donnait l’image d’une ville ignorante et raciste.

Et maintenant, poursuivons l’émission spéciale consacrée à la Semaine Valnuitaine de l’Histoire.
C’était en 1745.
Les premiers hommes arrivèrent à Valnuit. Qui n’était pas Valnuit alors, mais seulement un coin d’une immense lande dénuée de relief. Je pense que nous serons tous d’accord pour dire cependant qu’aussi immense et dénuée de relief que cette lande était, la zone qui est devenue St Falaise était probablement déjà horrible et terne en comparaison de la notre. En tout cas, l’histoire veut qu’un groupe d’explorateurs est venu dans la zone qui deviendrait Valnuit, a regardé autour de lui et a immédiatement décidé de partir trouver un coin avec plus d’eau et, peut être, quelques arbres.
Puis, trois groupes d’explorateurs firent de même.
Enfin, finalement, les explorateurs d’un groupe se regardèrent les uns les autres, haussèrent les épaules et posèrent leurs bagages. Et c’est ainsi que notre fière cité naquit.

Et maintenant, le trafic.
Des équipes de la Direction Locale du Territoire vont repeindre les marquage routiers cette semaine. Les tirets et lignes continues habituels délimitant les voies seront remplacés par des mosaïques en cérmarique colorées représentant des ouvriers portugais mécontents se soulevant en masse contre une hégémonie capitaliste abusive. Les glissières de sécurité qui se trouvent le long des virages de la route seront enlevées pour laisser place à d’adorables silhouettes d’auto-mutilations rappelant la période du servage faites en papier kraft, reflétant de manière provocante plusieurs siècles de lent génocide et de déshumanisation par les impérialistes occidentaux, le tout conçu par l’égérie de l’art contemporain Kara Walker.
De plus, les sorties 15 à 17 de la route départementale D800 seront fermées les deux prochains samedis à cause de la rétrospective biennale de films de Lee Marvin. Alors faites attention aux équipes de tournage ce weekend, réduisez votre vitesse et n’oubliez pas de donner un pourboire au chefs d’équipe de la DLT, de préférence 20% de votre kilométrage compteur. Le manque de pourboires est la cause première de dolines en France.

L’an 1824 :
Le premier meeting du Conseil des Anciens de la Ville, les prédecesseurs du Conseil Municipal. Imaginez : des robes pourpre et des couronnes de viande molles (comme il était de tradition à l’époque), établissant les fondations de la splendeur de l’actuelle Valnuit.
Nombre des éléments de notre processus civique moderne furent inventés au cours de cette unique session de trois heures, incluant la composition du conseil municipal (inchangée depuis), l’adorable système de taxes byzantines (ainsi que le système de pénalités brutales en cas d’erreurs) ainsi que l’hymne, le chant et le gémissement officiels de la ville. Tous les compte-rendus de cette réunion ont été détruits et… d’après une note que je viens juste de recevoir, je dois me présenter à l’Hôtel de Ville pour une rééducation, effective demain matin.
Merde alors.

Les résultats d’un sondage récent auprès des citoyens de Valuit sont tombés cette semaine. L’étude à mis au jour une insatisfaction largement répandue au sujet de notre bibliothèque municipale. Et, à considérer les faits, il est facile de comprendre pourquoi. Les ordinateurs mis à disposition pour surfer sur Internet sont dépassés et lents. La période de prêt de 14 jours n’est pas suffisante pour lire des livres un peu conséquents, vu l’emploi du temps bien rempli de nos vies à tous.
Le taux de mortalité est, lui aussi, bien au-dessus de la moyenne des bibliothèques municipales. Le cercle monolithique en jaspe sanguin de la bibliothèque ne semble pas avoir subi de visite de maintenance ou de nettoyage depuis un bon moment. Il y a des témoignages d’un spectre sans visage se mouvant dans la section Biographies, éliminant les visiteurs solitaires un par un. Et cette section Biographies, puisqu’on en parle, est bien trop petite et a été étrangement établie, avec 33 exemplaires de la biographie officielle d’Audrey Tautou et aucun autre livre.
De fond en comble, la bibliothèque municipale est la honte de notre belle ville et je ne peux qu’espérer que notre conseil municipal y remédiera bientôt ou bien je pourrais finir par espérer que le spectre sans visage cause à la bibliothèque la même fin mystérieuse et violente qu’il fait connaître à ses victimes.

Le Lycée de Valnuit a gagné sa revanche contre le Dynamo St Falaise la nuit dernière. L’attaquant bicéphale Michel Sandero attribue leur victoire à l’aide des anges. Les anges ont fourni un démenti catégorique de toute implication dans la partie sous quelque forme que ce soit. Le comité d’éthique de l’académie du lycée a annoncé l’ouverture d’une enquête sur ces “interférences angéliques” potentielles.
A ce propos, le lycée de Valnuit met en place des détecteurs de métaux et étudiants comme parents sont scandalisés. Plusieurs des parents auxquels nous avons parlé ont déclaré que les lycéens étaient depuis longtemps récipiendaires d’Uzis, de carabines, de tasers et de munitions perce-blindage fournis par le gouvernement de l’ombre. D’après les parents d’élèves, la décision du principal du lycée d’installer des détecteurs de métaux empiète sur les droits de l’opération clandestine d’un vaste conspiration de mégacorporations et leaders mondiaux corrompus à porter les armes au travers d’intermédiaires adolescents paramilitaires. Le principal a répliqué que des études montrent que les armes nuisent aux capacités des enseignants à enseigner et que les lycéens qui amènent des armes à feu en cours sont bien plus susceptibles de les utiliser que les lycéens dénués de ces mêmes armes à feu. Le principal déclare que des coups de feu dans les écoles ne peuvent que nuire à une éducation de qualité.
Bon… au risque de trop me mêler de cette histoire, chers auditeurs, puis-je dire que l’académie qui a en charge le lycée de Valnuit dépasse les bornes en venant nous dire si nos enfants peuvent ou non être armés par des militants sous couverture ? Est-ce que cela devrait faire partie des prérogatives de l’école que de dire “Non, fiston, tu ne peut pas avoir de grenades ou de fusil d’assaut en classe” ? Je ne crois pas ! A partir du premier novembre, tous les élèves du lycée de Valnuit devront passer au travers de détecteurs de métaux. Toute arme à feu ou arme trouvée sera confisquée et conservée dans le bureau du psychologue en orientation jusqu’à la fin des cours, lorsque les étudiants pourront les récupérer.
Sérieux, chers auditeurs, c’est quoi l’étape suivante ? Retirer les vers “Vénérons les rayons, vénérons-les, ô ces rayons de connaissance qui guident nos vies, nos coeurs, nos âmes ; vénérons-les ces ô combien tout-puissants rayons” du serment d’allégeance au lycée ?

Revenons à un autre moment clef de l’histoire de Valnuit.
L’année 1943 :
Comme action de Résistance, les citoyens de Valnuit ont décidé de se dédier à la psalmodie. Les jeunes, les vieux, les hommes comme les femmes, se sont tous rassemblés autour de leurs pierres de jaspe sanglant afin de psalmodier en faveur de la victoire des Alliés. Si une petite part du mérite doit être attribué à la planification stratégique du commandement Allié et au farouche combat mené par les soldats, la plupart des historiens réputés pensent que les psalmodications de Valnuit furent le facteur décisif de la victoire finale des Alliés sur les forces de l’Axe. Le Conseil Municipal avait d’ailleurs fait ériger, dans le parc paroissial, un monument de sept étages l’affirmant en énormes lettres de néon… jusqu’à ce qu’un procès fait par le gouvernement les oblige à le démolir.

Et maintenant, un message de nos sponsors.
Ce message est carpe.

La suite de notre exploration du passé établi de Valnuit se déroule dans le futur. En l’an 2052, l’héritier de l’Ordre Ténébreux descendra sur nous, réalisera qu’il s’est fourvoyé sur les dates de la prophétie et remontera. Le Septième Siège du Grand Temple de Valnuit fera rage. La plaie des verrues bourdonnantes tuera des milliers de personnes et en ennuiera des milliers d’autres, avec son bourdonnement. Le Conseil Municipal révétira sa forme véritable et dévorera la moitié de la population de Valnuit. Le niveau de popularité du maire flottera peu au-dessus des 40, ce qui sera surprenant étant donné que nous n’aurons pas eu de maire depuis plus de trente ans.

Et maintenant, la météo !
[Hello Demon par So Many Lines]

Le syndicat des commerçants de Valnuit a annoncé aujourd’hui que la marina et parc de récration aquatique de Valnuit n’était en fait pas quelque chose qui avait jamais existé en réalité mais, plutôt, une hallucination partagée par la population de la ville toute entière. Ainsi, ils sont fiers de déclarer qu’ils n’ont jamais connu un quelconque échec commercial désastreux et que les soi-disant énormes quantités d’argent perdues à construire une marina dans la garrigue sont une fabrication de notre conscience collective. Ils recommandent de consulter vos manuels d’interprétation des rêves afin de déterminer exactement ce que cette vision d’une “baie de Valnuit” peut bien vouloir signifier. Ils ont aussi déclaré que, si vous veniez à découvrir les bâtiments d’une marina dans la garrigue exactement là où vous vous rappelez qu’ils étaient, et qu’ils semblent réels, aussi vides et inutiles que le jour où ils ont été construits, c’est parce que vous continuez à halluciner et devriez chercher à consulter un médecin immédiatement. Ou à avoir un membre du conseil municipal vous hurler dessus si vous êtres de l’Ancienne Foi et ne croyez pas en la médecine moderne.

Pour notre dernière histoire dans cette émission spéciale sur l’histoire de Valnuit, examinons le passé très récent.
Hier :
J’ai pris des céréales au petit déjeuner, un sandwich pour le déjeuner et un steak pour le dîner. Des voitures ont été conduites. Des voitures n’ont pas été conduites. Le soleil a produit un grand cri de lumière et, après plusieurs heures de réflexion, a discrètement rétracté sa déclaration. La Vieille Josette a déterré une boîte d’un coin sombre de son jardin et l’a transportée, tendrement dans ses bras comme un bébé ou un explosif délicat, vers un autre coin de son jardin où elle l’a enterrée à nouveau. Un inconnu a fait quelque chose que personne d’autre n’a vu, sur la nature et l’étendue duquel il est impossible de se prononcer et le résultat duquel sera perdu dans une chaîne chaotique de cause et de conséquence qui fait l’Histoire. Mais le plus important est que, pour nous tous - nous tous ici à Valnuit, en France, dans le monde, dans les bases secrètes orbitales - nous tous, nous avons traversé une journée de plus. Nous avons passé la période d’un coté du 12 à l’autre sans nous arrêter une fois.
Bien joué, nous tous ! Beau boulot, gens qui éprouvez le passage du temps. Eprouveurs du temps ! Beau boulot !

Et, depuis ce moment dans l’Histoire, celui qui arrive à l’instant…
Bonne nuit.

Bienvenue à Valnuit est une traduction bénévole de Welcome to Night Vale, une production Commonplace Books. Le texte original est écrit par Joseph Fink et Jeffrey Cranor. Cet épisode a été traduit par l’équipe des Valnuitains et produite par Kobal. La voix française de Cecil, Emile, est Kalysto. 
Le générique est de Disparition. Il peut être téléchargé sur disparition.info 
La météo de cet épisode était “Hello Demon” par So Many Lines. Vous trouverez plus d’information en allant sur https://soundcloud.com/so-many-lines
Vous voulez avoir votre musique diffusée dans la section météo ? Vous voudriez faire montre de votre talent dans ce show ? Juste envie de dire salut ? Ecrivez-nous à valnuitains@gmail.com
Allez sur commonplacebooks.com pour plus d’information sur le podcast anglais, ainsi que sur leur livres à propos des idées non utilisées de H.P. Lovecraft ou sur ce que cela signifie de devenir un adulte.
Le proverbe du jour : il doit être 15h23 quelque part. Peut être dans l’espace ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire